Délivrance

De ce baiser amer

j’en ai fait une prière

de ce mot humiliant

un sourire d’argent

pourvu qu’ils le transpercent

se glacent dans son sang

et me laisse une averse

qui lavera mes tourments

la peau écorchée et le cœur inconscient

il s’en va de ma vie

et me laisse à mon sort

il se prend pour un dieu

mais il n’a que le tort

d’être si tant peureux

de n’être qu’un pauvre corps

la peau écorchée

et le cœur inconscient

il s’en va de ma vie

et me laisse à mon sort

celui où je m’en sors

Avatar

Ecrit par Alexandra Pirondeau

Petite, Je disais beaucoup de gros mots et ma grand-mère, ancienne directrice d’école maternelle, détestait ça. Curieusement elle m’a fait écouter des chansons de Renaud et m’a dit : « le jour où tu es capable d’une aussi belle prose, tu auras le droit de dire tous les gros mots que tu veux. » J’avais 6 ans, je suis devenue une grande admiratrice du chanteur et j’ai commencé à écrire quelques textes et poèmes. Mamie les a trouvé assez bons - elle n’était peut-être pas très objective ou ne voulait pas me vexer- car toujours interdiction formelle de prononcer des horreurs. Mais je la remercie car l’écriture, à partir de ce jour, n’a jamais cessé de faire partie de ma vie.

Qu'en pensez-vous ?

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Quand les fleurs auront fané 🥀

Le souvenirs de ses baisers